Archive pour la catégorie 'CONTE : L’incroyable destin de Sapic et Châtaigne'

L’incroyable destin de Sapic et de Châtaigne

sapicbeige800x600.jpg

 

Il était une fois, deux grandes familles d’arbres qui vivaient dans la forêt des arbres qui parlent. La famille des Feuillus et la famille des Conifères.

Les Feuillus étaient fiers des jolies feuilles qui les habillaient mais regrettaient de les toutes voir tomber en automne et de se retrouver tout nus.

Les Conifères, quant à eux, étaient fiers de leurs fines aiguilles qui, quelque soit la saison, persistaient noblement. Mais ils avaient également un regret. Celui de ne pouvoir porter autre chose que du vert.

Ces deux familles se jalousaient et se vouaient une haine ardente depuis de très, très nombreuses années. Cette haine était si profondément enracinée avait fait de ces deux familles, deux familles ennemies.

Chez les Conifères poussait un jeune sapin nommé Sapic. Sapic était très joueur et très taquin. Il adorait faire des batailles de pommes de pin avec son meilleur ami, le jeune pin Sylvestre. Sylvestre avec son fût élancé et son houppier bien coiffé était très impulsif et démarrait toujours au quart de tour. Sapic le savait et adorait l’embêter en le décoiffant ou en le piquant avec ses aiguilles.

Chez les Feuillus vivait une ravissante jeune pousse qui se nommait Châtaigne. Châtaigne était sur le point d’épouser le Conte du chêne-liège. Elle qui rêvait d’un mariage d’amour, devrait se contenter d’un mariage arrangé. Chez les Feuillus la tradition ancestrale était plus importante que l’amour…

chataigenbeige800x600.jpg

Aussi par une belle soirée d’automne, les Feuillus organisèrent un bal masqué pour fêter les fiançailles de Châtaigne et du Conte du chêne-Liège.  Le Conte du chêne-liège, avec ses 250 ans révolus, était très vieux. Son écorce grisonnante craquelait de toute part et découvrait de profondes rides. Ses vieilles paupières peinaient à rester ouvertes et tombaient sur ses yeux ternes et fatigués. Mais le Conte du chêne-liège était un arbre distingué qui avait, toute sa vie durant, récolté maintes et maintes feuilles d’or pour sa sagesse et sa robustesse. Il n’en fallait pas plus pour combler les Feuillus.

Sapic et Sylvestre qui eurent vent de la fête décidèrent de s’y rendre sans y avoir été invité. Ils espéraient ainsi espionner leurs ennemis et ramener quelques anecdotes croustillantes sur les Feuillus. Ils collèrent quelques feuilles sur leurs aiguilles à l’aide de résine et mirent un masque. Il serait impossible aux Feuillus de s’apercevoir de la supercherie, pensaient-ils.

La fête battait son plein lorsque Sapic et Sylvestre aperçurent Châtaigne aux bras du Conte du chêne-liège.  Sylvestre lança un « non mais t’as vu on dirait la Belle et la Bête ! » tandis que Sapic, médusé devant tant de beauté, leva son masque l’espace d’une seconde pour s’assurer qu’il ne rêvait pas. L’inattention des deux amis, leur fut fatale. Le Conte du chêne-liège, malgré son âge avancé, avait encore l’ouïe fine et une vue suffisante…

cheneliegeblanc800x600.jpg

A SUIVRE …

Par Marjolaine Marchal
©

Pour en savoir + CLICcliquer1.gif

 


 

World of Guigùi |
Casa de Estefania |
Nos Pogonas Vitticeps : Bib... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hyeres les palmes - snorkeling
| TaraCréations
| mes passions